Observatoire Santé

L'actualité dans l'univers de la santé

Vous pourriez penser qu’il ne s’agit que d’un petit-déjeuner de base, de simples flocons de maïs, souvent délicieusement insipide, pour commencer votre journée. Cependant, son histoire commence réellement dans le croisement improbable de la médecine du 19ème siècle, des pensées sur la masturbation, et des croyances chrétiennes puritaines.
John Harvey Kellogg a d’abord créé des flocons de maïs en 1898 aux côtés de son frère, WK Kellogg, dans ce qui est souvent considéré comme une tentative ratée de fabrication de granola. Le résultat de cette expérience ratée était une denrée alimentaire parfaitement simple pour nourrir les patients au Sanatorium de Battle Creek, au Michigan, où il travaillait.

Bien que médecin et nutritionniste de métier, son dévouement à l’Église adventiste du septième jour ont eu pour effet que ses flocons de maïs nouvellement inventés étaient considérés sous un jour différent. Au tournant du XXe siècle, Kellogg a en effet joué un rôle important dans le «mouvement de la vie propre», une croisade axée sur la moralité et la santé publique qui soulignait l’importance de l’hygiène, de la propreté et de la pureté.
Cela l’a conduit à être profondément contre le sexe, sous toutes ses formes. Il est souvent précisé que lui et sa femme ont dormi dans des chambres séparées et n’ont jamais consommé leur mariage. Il faisait donc chambre à part mais était dans le même temps (et avant tout) vraiment, vraiment contre la masturbation.

Notre bon vieux Dr Kellogg était tellement perturbé par la gravité de la sexualité humaine qu’il a décidé de passer des semaines à écrire un livre sur le sexe, la masturbation, les «rêves dégoûtants», la prostitution et d’autres vices sexuels.
Son livre phare – Plain Facts for Old and Young: Embracing the Natural History and Hygiene of Organic Life (Faits simples pour les jeunes et les moins jeunes : embrasser l’histoire naturelle et l’hygiène de la vie organique) – contient des conseils pour aider une personne «obsédée» par la masturbation et l’auto-abus, en mettant l’accent sur exercice et régime.
Les nourritures riches et épicées étaient les ennemis, à ses yeux, mais un régime simple pourrait aider à enrayer l’envie de se masturber, y compris les aliments simples juste comme ses flocons de maïs fraîchement brevetés (commode, hein?).
Et ainsi, le flocon de maïs innocent a été érigé en fantassin dans la guerre contre la masturbation.

Cependant, les repas matinaux anti-masturbatoires n’étaient que la pointe de l’épée de ses grands projets. Kellogg a écrit des méthodes carrément extrémistes pour empêcher la masturbation à cette époque. Pour les femmes, il préconisait «l’application d’acide phénique pur sur le clitoris» pour prévenir «l’excitation anormale». Il a également recommandé que tous les jeunes garçons soient circoncis comme un «remède» à la masturbation. En fait, il est souvent décrit comme l’un des principaux moteurs de la circoncision infantile de routine aux États-Unis qui reste commune à ce jour.

La plupart de ces idées sonnent comme un charlatanisme scandaleux selon les normes actuelles. Cependant, si on voulait défendre (un peu) John Harvey Kellogg, certaines de ses idées ont résisté à l’épreuve du temps. Il était un grand promoteur précoce de la «théorie des germes de la maladie» qui a prouvé que des organismes microscopiques spécifiques sont la cause de maladies spécifiques. Il était aussi très en avance sur son temps quand il s’agissait de comprendre le microbiome du tractus intestinal.
N’en déplaise aux idées bizarres de Kellogg, on peut cependant affirmer que son repas anti-masturbatoire n’a pas fonctionné : les gens apprécient toujours autant ses flocons de maïs et beaucoup de ces adeptes apprécient aussi la masturbation.